On n’est jamais trop vieux pour ces conneries !

L’actu

Louis de Funès à la Cinémathèque

La Cinémathèque consacre une exposition à un « monsieur grognon qui parlait de ses fleurs et de sa carrière ».

« Barton Fink, le rêve de feu des frères Coen » par Damien Ziegler

Comment les frères Coen peuvent-ils être aussi géniaux en filmant du papier peint en gros plan ?

« Tennesse Williams, l’écran sauvage » par Séverine Danflous

Il est le débardeur moulant, immortel, de Marlon et le déshabillé virginal d’une Taylor brûlante. Lui, c’est Tennessee Williams.

Ces films qui auraient dû avoir la Palme d’Or

On a essayé de répondre à cette question avec notre plus mauvaise foi pour rendre justice aux grands oubliés du Festival de Cannes.

« I’m Your Huckleberry » par Val Kilmer, de l’ombre à la lumière

Val Kilmer est un esclave de l’Amour… Et il a bien l’intention de nous le faire savoir !

nos interviews

Entretiens

« De Rohmer à Romero » – Entretien avec Claude Farge

« De Rohmer à Romero » – Entretien avec Claude Farge

Pour célébrer sa première rentrée des classes, Gone Hollywood a décidé de partir à la découverte des hauts lieux de l’exploitation cinématographique indépendante française, en commençant par Paris, afin d’en établir une cartographie culturelle, politique et sociale,...

LE CULTE DU MOIS

phantom of the paradise

 

ou comment brian de palma mit un éclair en bouteille.

 

Cinéphiles et mélomanes se souviendront longtemps de l’année 1975. Sur scène, les New York Dolls jouent leur dernier « vrai » album, Too Much Too Soon, avant de céder leur place au glam metal de Kiss. David Bowie triomphe encore une fois après Ziggy Stardust avec un autre album concept, Diamond Dogs, et son show pyrotechnique. Devant les marquises de cinéma, les spectateurs doivent choisir entre un « film de minuit », The Rocky Horror Picture Showet un drôle d’oiseau, Phantom of the Paradise, une relecture du mythe de Faust qui promet étrangement tout autant de rock, de sexe, et d’horreur…

NOS PORTRAITS

LA MALLE AUX TRÉSORS

American Graffiti

American Graffiti

Bien avant de devenir un businessman, George Lucas rêvait de rock, de cinéma expérimental, de petites pépées et de grosses bagnoles. Mais ça, c’était avant…

suivez-nous !

%d blogueurs aiment cette page :