Licorice Pizza : Paul Thomas Anderson se la joue Boy Meets Girl

par

Après l’acclamé Phantom Thread en 2017, Paul Thomas Anderson – dit « PTA » pour les intimes – revient avec le détonnant Licorice Pizza tourné en 35 mm dans le Los Angeles des années 70. Présenté comme une comédie romantique, le film nous montre la relation débutante entre Gary Valentine (Cooper Hoffman, fils du regretté Philippe Seymour Hoffman, ancienne muse de PTA) et Alana Kane (Alana Haim) incarnés tous deux par des acteurs débutants, mais prometteurs.

LES 400 COUPS

Sur une sublime ouverture en plan-séquence, nos deux protagonistes vont se rencontrer. Gary, l’ado un peu « sale gosse » au physique légèrement disgracieux va alors – très ambitieusement et non pas sans gêne – flirter avec la jeune adulte au regard malicieux Alana, qui déclinera alors de par leur assez grande différence d’âge… Ce qui ne durera pas longtemps, tant l’évidence de leur attirance mutuelle est palpable à l’écran. Si leur relation est souvent ambiguë et parfois à la limite du toxique, elle n’en est pas pour autant moins attachante. On remarquera, par ailleurs, l’inversion des stéréotypes de genres habituellement appliqués aux comédies romantiques : Gary est certes très jeune mais ambitieux tout en étant dans l’innocence de l’adolescence, alors qu’Alana, déjà adulte, doute de ses projets et est sensiblement encore un pied dans l’adolescence dont Gary cherche tant à se détacher. Dans une succession de scènes toutes plus burlesques les unes que les autres, Alana et Gary se retrouvent plus ou moins malgré eux à faire les 400 coups ensemble dans une certaine fraternité d’esprit. Tour à tour, ils vont alors se lancer dans leurs projets un peu farfelus, de la vente de lits à eau aux flippers – objets très symboliques des 70’s – pour Gary, puis du métier d’actrice à la politique pour Alana. Si leurs itinéraires divergent, ils ne sépareront pas pour autant la vie de nos deux personnages qui s’entrecroiseront sans cesse. De scène en scène, les mouvements des personnages – qu’ils soient corporels ou littéralement transportés – sont l’énergie vitale du film.

Le mouvement fait d’ailleurs partie de l’esthétique de PTA, puisqu’on le retrouve énormément dans les clips du groupe de musique féminin HAIM dont les actrices et sœurs du film Alana, Este et Danielle font partie, et dont il a réalisé pas moins de sept d’entre eux depuis 2017, préambule à leur collaboration cinématographique. Nos acteurs courent, filmés sous tous les angles, presque dans l’urgence de vivre et de se retrouver mutuellement dans une énième course finale presque trop prévisible, scène que l’on pourrait retrouver dans les classiques teen movies. L’effet clip est presque omniprésent dans Licorice Pizza et vient étonnamment sublimer les scènes de mouvements des personnages dans Los Angeles. On pensera alors aux scènes où Gary et son frère s’élancent vers l’affluence de voitures arrêtées aux stations-services en pleine pénurie d’essence sur l’iconique « Life On Mars » de David Bowie, mais également au « But You’re Mine » de Sonny & Cher dont les paroles feraient presque écho à l’idylle naissante de nos protagonistes. Le film présente une playlist de musiques incroyables des années 70 parfois oubliées, mais ressuscitées par PTA comme si celui-ci entretenait sa nostalgie pour cette période et cette ville qu’il connaît bien vu qu’il y a tourné plusieurs de ces films (Boogie Nights en 1997, Magnolia en 1999 et Punch-Drunk Love en 2002).

Licorice Pizza

L.A. NOIR

Si Gary et Alana sont au centre du film, les personnages secondaires n’en sont pas pour autant mis de côté et participent à l’humour parfois noir de l’intrigue. Alana, elle, fait face au sexisme et à la misogynie, puisque victime d’une galerie de mâles grotesques : Rex (Tom Waits), Jack l’acteur déchu (Sean Penn) mais également Jon Peters (Bradley Cooper) et Joel Wachs (Benny Safdie). Si Alana apparaît d’emblée naïve car novice dans l’industrie cinématographique, elle se remplira par la suite d’aplomb pour s’extirper de l’entreprise de ces « mâles » égocentriques finalement tous aussi ridicules et maladroits les uns que les autres. Elle ne s’éloignera en revanche jamais de Gary, qui, malgré sa maladresse d’adolescent saura aimer Alana à sa juste valeur et sans arrière-pensées. En somme, Licorice Pizza est un film limpide et harmonieux dont les personnages courent souvent mais jamais vers un itinéraire précis, et tiendrait sur cette phrase : un garçon rencontre une fille, et nous en sommes les spectateurs ravis. Licorice Pizza sera sans hésiter l’un des meilleurs films de l’année.

A la production : Sara Murphy, Adam Somner et Paul Thomas Anderson pour MGM.

Derrière la caméra : Paul Thomas Anderson (réalisation, scénario & photographie) : Jordan Oram. Johnny Greenwood (musique).

A l’écran : Alana Haim, Cooper Hoffman, Bradley Cooper, Sean Penn, Benny Safdie, Tom Waits, John C. Reilly, Maya Rudolph.

En salle le : 5 janvier 2022.

Copyright photos : MGM / Golden Cosmos.